Impliquez-vous. Connaissez vos droits.


Les personnes de tous âges et de tous les milieux peuvent subir de mauvais traitements. Les personnes qui participent à des activités avec d’autres personnes sont moins sujettes aux mauvais traitements. Le fait d’être actif et engagé vous aide aussi à rester en santé.

Voici quelques conseils pour veiller à votre bien-être :

  • Ne vous isolez pas. Maintenez un contact régulier avec des personnes qui vous soutiennent et respectent vos décisions.
  • Impliquez-vous. Trouvez des endroits dans votre communauté qui offrent des activités où vous pouvez rencontrer des gens.
  • Tendez la main aux autres. Faites partie d’une communauté où règne la compassion.
  • Amusez-vous. Faites des choses qui vous donnent du plaisir, de la force et du réconfort.
  • Pratiquez une activité physique. Bougez. Mangez bien et régulièrement.
  • Faites attention à vos finances. Renseignez-vous et impliquez-vous dans la gestion de votre argent et de vos biens. Protégez votre droit de faire vos propres choix.
  • Obtenez de l’aide. Si vous vous sentez déprimé(e), parlez à un(e) ami(e), un membre du clergé ou une agence de services sociaux dans votre communauté. Vous n’avez pas à être seul(e) avec vos problèmes. Demandez de l’aide.

 
Rappelez-vous…

  • Vous avez droit au respect.
  • Vous avez le droit de vivre en sécurité.
  • Vous avez le droit de faire vos propres choix.

Remettez en cause les attitudes âgistes

Nos attitudes âgistes peuvent nous rendre plus vulnérables aux mauvais traitements et plus susceptible d’infliger des mauvais traitements.

Le mot « âgisme » fait référence à des attitudes et croyances qui poussent les gens à traiter les personnes âges comme si elles étaient moins importantes ou avaient moins de valeur du simple fait qu’elles sont plus vieilles. Ces attitudes contribuent aux mauvais traitements parce qu’elles permettent à certaines personnes de croire qu’il est acceptable d’ignorer ou de contrôler la personne âgée. Les attitudes âgistes peuvent aussi empêcher les gens de reconnaître les problèmes des personnes âgées et d’y remédier, y compris les signes de mauvais traitements ou de négligence.

La discrimination à l’égard des personnes en raison de leur âge est mal. Nous partageons la responsabilité de remettre en cause les attitudes âgistes lorsque nous les voyons — chez nous aussi bien que chez les autres.


Ce que vous pouvez faire au sujet de l’âgisme

Reconnaissez les mythes et la désinformation
Reconnaissez les mythes au sujet du vieillissement et les attitudes négatives au sujet des personnes âgées. Remettez les mythes en cause.

Voyez au-delà des stéréotypes
Une étiquette comme « vieux », « vieille », « âgé(e) » ou « aîné(e) » ne décrit pas bien une personne. Une étiquette ne nous dit pas si une personne est compatissante ou insensible, malade ou en santé, mentalement apte ou si elle est fiable ou non comme employée ou bénévole. Les étiquettes ne nous disent rien au sujet de son aptitude pour l’amitié, la créativité ou la réussite. Nous dépersonnalisons les personnes âgées en les appelant « les vieux » ou « nos aînés ». Alors...

  • Reconnaissez que chaque personne est un individu.
  • Reconnaissez les facteurs qui limitent les capacités d’une personne, mais reconnaissez ce en quoi la personne n’est pas limitée

Renseignez-vous sur le vieillissement positif
Mieux vous serez informé au sujet du vieillissement, mieux vous pourrez évaluer et rejeter les stéréotypes erronés et négatifs à son sujet. Alors...

  • Renseignez-vous sur la santé physique, mentale, sociale, sexuelle et financière des personnes âgées.
  • Faites la promotion d’attitudes positives au sujet du vieillissement et des contributions des personnes âgées à notre société.

Renseignez-vous sur l’âgisme et la discrimination
Il arrive souvent que les personnes âgées fassent l’objet de discrimination en matière de logement, de services de santé ou d’autres services importants. Les personnes âgées sont souvent traitées comme des fardeaux. On peut leur refuser des services en raison de leur âge ou de suppositions au sujet de leurs besoins et compétences. Alors...

  • Apprenez à reconnaître les politiques apparemment « neutres » qui ne le sont pas vraiment
  • Reconnaissez qu’âgisme rime avec sexisme et racisme.
  • Écoutez les personnes âgées qui ont subi l’âgisme. Elles sont bien placées pour nous dire comment l’âgisme affecte leur vie.

Exprimez-vous
Lorsque la discrimination en raison de l’âge et l’âgisme sont incontestés, il devient plus difficile de les remarquer et ils peuvent ainsi se perpétuer. Les gens supposent que ces attitudes sont acceptables. 

  • Lorsque quelqu’un que vous connaissez exprime une attitude âgiste, faites-lui remarquer avec tact l’inexactitude de ses propos. Présentez-lui un autre point de vue.
  • Lorsque quelqu’un ridiculise une personne âgée, fait de l’humour dénigrant ou des commentaires irrespectueux, laissez-lui savoir que vous défendez une optique positive face au vieillissement et que vous trouvez ses commentaires nuisibles et offensants.
  • Remarquez la manière dont on représente les personnes âgées dans les medias. Lorsque vous voyez ou entendez un stéréotype négatif, dites ce que vous en pensez Écrivez une lettre ou un courriel au rédacteur en chef, au producteur ou au commanditaire.
     

Construisez des ponts intergénérationnels
L’âgisme se nourrit d’ignorance. Les gens qui n’ont aucun contact avec des personnes plus jeunes ou plus vieilles qu’elles croient les stéréotypes négatifs. Alors... 

  • Ouvrez-vous. Allez à la rencontre de personnes de tous âges ayant des vécus différents.
  • Partagez des histoires, des idées et des compétences, avec une autre personne ou en groupe. Nous avons tous beaucoup à partager et à apprendre.
  • Adoptez des causes communes qui élargissent votre cercle et renforcent votre communauté.
     

Faites des contacts
L’âgisme concerne tout le monde. 

  • Renseignez-vous sur les associations professionnelles, les groupes communautaires et autres organismes qui s’occupent d’âgisme et font la promotion du vieillissement positif. Impliquez-vous.
  • Devenez membre du Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés. C’est gratuit. Devenir membre.

  

 

Merci à nos sponsors

Le RCPMTA souhaite remercier les généreux sponsors qui contribuent à la durabilité du Connecteur des savoirs

Screen Shot 2015 07 23 at 9.54.16 AM