Les personnes qui subissent des mauvais traitements ont besoin d’aide. Les personnes qui infligent des mauvais traitements ont besoin d’aide.  Les témoins — y compris les voisins, les amis et les membres de la famille — doivent savoir quoi faire pour contribuer de manière positive à changer les choses. Souvent les témoins sont au courant des mauvais traitements mais ne savent pas quoi faire face à la situation.

Voici quelques conseils qui vous aideront à réagir face la maltraitance d’une personne âgée (Voisins, Amis et Familles pour les personnes aînées) :

  • Les mauvais traitements ne sont jamais la faute de la personne maltraitée.
  • Si une personne âgée vous dit qu’elle est maltraitée ou blessée, croyez-la.
  • Si vous soupçonnez des mauvais traitements, vérifiez.
  • Avant d’agir, posez-vous ces questions : La sécurité de la personne est-elle en jeu? Est-ce que je respecte la personne?
  • Si vous vivez dans une relation marquée par la violence, apprenez  à planifier votre  sécurité.

La stratégie générale consiste à mettre fin à l’isolement qui caractérise toutes les relations abusives.

Si vous soupçonnez des mauvais traitements

  1. Parlez à la personne âgée. Attendez un moment où vous serez seuls et ne risquerez pas d’être interrompus. Interrogez-la de manière sensible, n’imposez pas les réponses. Écoutez-la raconter son expérience. Demandez-lui ce qu’elle veut. Respectez ses droits et ses valeurs personnelles. La personne âgée a droit à la confidentialité, à l’autodétermination et à l’intimité. Les adultes qui ont toutes leurs facultés mentales  ont le droit de prendre des décisions et de faire des choix que vous pourriez considérer imprudents ou peu judicieux.

  2. Demandez sa permission ou son consentement. Dans la plupart des cas, vous devez obtenir le consentement d’une personne âgée avant d’agir. Par exemple avant de partager son histoire personnelle, l’information sur sa santé ou ses finances. Ayez recours au moyen le moins perturbateur pour offrir votre aide. Si la personne pour laquelle vous vous inquiétez ne veut pas agir, respectez son choix. Maintenez une bonne communication. Mais si la situation présente un danger, n’hésitez pas à appeler la police ou le 911.

  3. NE confrontez PAS et n’accusez PAS l’auteur de la maltraitance. Cela pourrait se retourner contre la personne âgée.

  4. Évitez l’âgisme. Ne laissez pas une optique âgiste ou discriminatoire affecter votre jugement. Évitez les stéréotypes au sujet des personnes âgées. Respectez la dignité de toutes les personnes, quel que soit leur âge. Renseignez-vous sur les manières de combattre l’âgisme.

  5. Informez-vous. Si vous travaillez avec des personnes âgées, vous devez vous renseigner au sujet de la maltraitance des aînés. Sachez que les mauvais traitements et la négligence peuvent survenir n’importe où, et que n’importe qui peut en être l’auteur. Apprenez à reconnaître les signes de la maltraitance. Sachez de quelle manière vous pouvez aider et ce que la loi vous oblige à faire lorsque la sécurité d’une personne est en jeu. Si vous ne savez pas quoi faire ou si vous avez besoin d’aide, consultez un professionnel.

Adapté de Neighbours, Friends and Families for Older Adults et de A Practical Guide to Elder Abuse and Neglect Law in Canada, p. 5, publié par le Centre canadien pour le droit des ainés (Canadian Centre for Elder Law)

Planification de la sécurité

  • Quels sont les problèmes liés à la sécurité?
  • Est-ce que je respecte les droits de la personne âgée?

Si vous vivez dans une relation marquée par la violence, un plan de sécurité peut vous aider à vivre de manière plus sécuritaire au quotidien. Il peut aussi vous aider à planifier une manière sécuritaire de changer la situation ou de sortir de la relation. Le moment où vous sortez d’une relation de violence est celui qui présente le plus grand danger; il importe donc de bien planifier votre départ. N’INFORMEZ PAS à la personne violente de votre plan.

Un refuge, la police ou le bureau d’aide aux victimes de votre localité peuvent vous aider à élaborer un bon plan de sortie. En voici les principales étapes :

  • Organisez des visites à domicile et des contacts téléphoniques réguliers avec des amis, des membres de votre famille ou des fournisseurs de services.
  • Ayez un fonds d’urgence et une carte d’appel téléphonique quelque part en dehors de la maison.
  • Donnez des copies d’importants documents et de vos clés à des ami(e)s ou membres de votre famille en qui vous avez confiance.
  • Mettez dans un sac des vêtements de rechange, des médicaments et accessoires personnels (lunettes, appareils acoustiques, etc.) — ce dont vous auriez besoin pendant quelques jours si vous décidez de partir. Donnez ce sac à un(e) ami(e) ou un membre de votre famille en qui vous avez confiance.
  • Gardez les numéros de téléphone d’amis ou amies, parents, refuges ou autres contacts en lieu sûr et facile d’accès.
  • Convenez d’un code de communication avec un(e) ami(e) ou un membre de votre famille en qui vous avez confiance pour leur dire que vous êtes en danger.

Où trouver de l’aide? trouver de l’aide?

 

 

Merci à nos sponsors

Le RCPMTA souhaite remercier les généreux sponsors qui contribuent à la durabilité du Connecteur des savoirs

Screen Shot 2015 07 23 at 9.54.16 AM